Paroles de Modèles

Paroles de Modèles

Alizé Cornet dans le tennis : « Je travaille avec un préparateur mental depuis quelques semaines. Entre lui et moi c’est surtout beaucoup de communication, des exercices, des petits jeux. On verra le résultat sur le long terme. Je m’attendais à quelque chose de plus compliqué, comme une psychothérapie. En fait, il me dit des phrases toutes simples qui amènent à des déclics. C’est une approche différente sur le sport, la carrière et la vie ». (L’Equipe Mag, 17/04/10, p.58)

Lors de la balle de match en finale de Wimbledon, j’ai cru que je ne pourrais jamais mettre la balle dedans. Le stress!.. Je me dis : « Allez, je m’engage ». C’est une bagarre contre soi.
Je me focalise plus sur l’engagement. Souvent dans ces moments de stress, de doute, cela atteint mon physique, il n’y a plus de poussée de jambes, le bras ne passe plus du tout, il n’y a pas d’engagement, il n’y a pas de délié. J’essaie de me concentrer sur une intensité et un engagement physique. Cela me permet d’effectuer techniquement quelque chose de correct ».
La solution est venue d’un travail spécifique de préparation mentale. Amélie Mauresmo ( Sport et Vie n °110, p.30)

Jonny Wilkinson a travaillé à la réorganisation de ses priorités avec son préparateur mental (une fois par semaine) : « Pour moi, l’important n’est pas le résultat. Il ne vient qu’en troisième position. Au début de ma carrière, je recherchais la perfection dans le résultat. J’ai appris il y a environ cinq ans que ça ne marcherait pas et réalisé que cela allait peut-être me tuer »